Prends garde, ô vagabond, par Jim Harrison

On peut difficilement tricher avec la poésie. Se perçoit immédiatement s’il s’agit de l’œuvre d’une vie, ou non. Morceaux de vide, écorces flottantes, peaux de jaguars tachetés, les poèmes de Jim H…

Source : Prends garde, ô vagabond, par Jim Harrison

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.