Nouvelle confidence des assassins

Notre relation aux assassinés est notoirement mauvaise
Nous éprouvons le vertige et les démangeaisons
Le cuir chevelu nous gratte
Nous avons soif
Nous perdons le sens du temps
Tout ceci n’est pas agréable
Nous allons jusqu’au bout de l’idée
Nous tuons
Les oranges se tranchent en leur milieu
Les corps n’y peuvent rien
Joie de la puissance
Meute des ossuaires
Cheval tombant

Tirer des enseignements

Comment vous expliquer
nous les assassins nous ne sommes pas bavards
si nous disions un peu plus nous tuerions un peu moins 
nous serions un peu moins assassins
et vous seriez contents

Nous sommes d’accord
une saine habitude ce serait parler et ne pas faire mourir
nous trouverions les mots on ne prendrait plus les vies
sur le bord du canal plus besoin d’agiter nos clochettes pour éviter le pire

Rendez-vous compte plutôt
la mauvaise maladie nous attrape
nous sommes contaminés par le silence
le silence nous passe par la tête
nous le laissons aller comme s’il était chez lui
il nous vide on lui obéit
il faut bien faire quelque chose

Et puis comment dire
à un moment tout comme vous
nous devons nous remplir
nos mains de sang font ce qu’elles peuvent
nous aimons la vie
nous la prenons où elle se trouve
là où elle est nourrissante

Sans doute notre démarche est-elle
trop éloignée de vos préoccupations
c’est pourquoi nous en prenons pour longtemps
et longtemps nous ne savons pas ce que c’est

Les assassins n’ont pas d’amis
pas d’amis à qui parler
les amis n’ont pas le droit de voir les assassins
ou alors ils doivent trouver une excuse
mais laquelle

Voilà en quelques phrases
nous avons dit le plus que nous pouvions
nous sommes à votre disposition pour toute question
sur le fonctionnement de nos cerveaux

Nous ne voulons plus vous mentir
Nous ne voulons plus nous taire
Nous ne sommes pas des animaux comme les autres